formation-doctrinale-la-creation

Formation doctrinale : la création

C'est ici l'étape 26 de notre parcours de formation

La question des origines a préoccupé toutes les cultures. Il est dès lors impossible d’écouter ce que dit la Bible sur ce sujet sans évoquer les théories scientifiques existantes ! Il n’existe pas 2 vérités, une vérité de foi et une vérité scientifique, les chrétiens ne sont pas schizophrènes ! Mais entre ce qu’on enseigne à l’école et ce qu’on enseigne à l’église : qui dois-je croire ?

La Bible affirme que Dieu - Père (1 Corinthiens 8.6), Fils (Jean 1.3), Saint-Esprit (Genèse 1.2) - est le créateur de tout ce qui existe.

Dieu est le créateur de l’univers invisible

Colossiens 1.16 : ' Car c’est par lui que Dieu a tout créé dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible, les puissances spirituelles, les dominations, les autorités et les pouvoirs. '

L’invisible créé est créature, rien que créature !

1. Les anges

Il existe un monde invisible peuplé d’êtres spirituels : les puissances spirituelles, les dominations, les pouvoirs... (Romains 8 v 38,39). Ces êtres spirituels qui n’ont ni chair ni os (Luc 24 v 39) sont appelés communément «anges». Dans l’Ancien Testament ils sont aussi parfois appelés : messagers, fils de Dieu (Job 1 v 6), saints (Daniel 4 v 10), dieux (Psaume 97 v 9).

Il existe une certaine hiérarchie en leur sein : Apocalypse 12.7 : ' Alors une bataille s’engagea dans le ciel. Michel et ses anges combattirent le dragon, et celui-ci se battit contre eux avec ses anges '. Michel est un un chef des anges ( archange).

Ces êtres angéliques ne sont pas divins, ils ne sauraient donc être l’objet d’un culte :

Apocalypse 19.10 : 'Je me jetai à ses pieds pour l’adorer, mais il me dit : - Garde-toi de le faire ! Je suis un serviteur, comme toi et comme tes frères qui possèdent la vérité révélée par Jésus. Adore Dieu ! '

2. Anges et démons

Quand Dieu créa les anges, ils étaient bons. Mais un certain nombre d’entre eux se sont révoltés contre Dieu et sont devenus des démons (anges mauvais) :

2 Pierre 2.4 : ' Car Dieu n’a pas épargné les anges qui avaient péché, mais il les a jetés dans l’enfer où ils sont gardés enchaînés dans l’obscurité pour le jour du Jugement. '

Satan, le diable, est le prince des démons ; il est l’ennemi de Dieu et des chrétiens :

1 Pierre 5.8 : ' Ayez l’esprit éveillé, prenez garde ! Car votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant quelqu’un à dévorer. '

Bien qu'étant notre ennemi, il nous est déconseillé de l’insulter :

Jude 8-9 : ' ...ils insultent les êtres glorieux du ciel. C’est là une chose que l’archange Michel lui-même n’a pas faite. Dans sa querelle avec le diable, lorsqu’il se disputait avec lui pour savoir qui aurait le corps de Moïse, Michel n’osa pas porter une condamnation insultante contre le diable ; il lui dit seulement : «Que le Seigneur te punisse !» '

3. La mission des bons anges

Hébreux 1.14 : ' Que sont alors les anges ? Ce sont tous des esprits qui servent Dieu et sont envoyés par lui pour apporter de l’aide à ceux qui doivent recevoir le salut. '

Exemples d’aide apportée par les anges

Galates 3.19 : ' Pourquoi la loi a-t-elle donc été donnée ? Elle a été ajoutée pour faire connaître les actions contraires à la volonté de Dieu : elle devait durer jusqu’à ce que vienne le descendant d’Abraham pour qui la promesse avait été faite. Cette loi fut transmise par des anges et un homme servit d’intermédiaire. '

Daniel 10.12-14 : « N’aie pas peur, Daniel ! Dès le premier jour où tu as manifesté ton humble soumission envers ton Dieu, en ayant à cœur de comprendre ce qui se passait, ta prière a été entendue et je me suis mis en route pour t’apporter la réponse. Mais l’ange protecteur de l’empire perse s’est opposé à moi pendant vingt et un jours, jusqu’au moment où Michel, l’un des principaux anges, est venu à mon aide. J’ai donc été retenu auprès des empereurs perses. Et maintenant je viens pour te faire comprendre ce qui arrivera à ton peuple dans l’avenir, car voici encore une vision qui concerne ce temps-là. »

Voir des anges

Notons au passage que ces «envoyés du ciel» peuvent prendre des formes visibles :

Jean 20.12 : ' Marie vit deux anges en vêtements blancs assis à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus, l’un à la place de la tête et l’autre à la place des pieds. '

4. Les anges gardiens

Le témoignage de la tradition chrétienne ainsi que certains textes bibliques laissent à penser qu’à chaque chrétien est assigné un ange gardien :

Psaume 91.11 : ' Car le Seigneur donnera l’ordre à ses anges de te garder où que tu ailles. '

Matthieu 18.10 : ' Gardez-vous de mépriser l’un de ces petits ; je vous l’affirme, en effet, leurs anges dans les cieux se tiennent continuellement en présence de mon Père qui est dans les cieux. '

Actes 12.14-15 : ' Elle reconnut la voix de Pierre et en fut si joyeuse que, au lieu d’ouvrir la porte, elle courut à l’intérieur annoncer que Pierre se trouvait dehors. Ils lui dirent : - Tu es folle ! Mais elle assurait que c’était bien vrai. Ils dirent alors : - C’est son ange. '

5. Les dangers du monde invisible ténébreux

Deutéronome 18.9-15 : ' Lorsque vous aurez pénétré dans le pays que le Seigneur votre Dieu vous accordera, vous ne vous mettrez pas à imiter les pratiques abominables de ses habitants actuels. Qu’on ne trouve parmi vous personne qui offre son fils ou sa fille en sacrifice, ni personne qui s’adonne à la magie ou à la divination, qui observe les présages ou se livre à la sorcellerie, qui jette des sorts ou qui interroge les morts. Le Seigneur votre Dieu a en horreur ceux qui agissent ainsi, et c’est pourquoi il va déposséder les habitants de ce pays lorsque vous arriverez. Pour vous, conduisez-vous de manière irréprochable à l’égard du Seigneur votre Dieu. Les peuples que vous allez déposséder écoutent les conseils de ceux qui pratiquent la magie ou la divination. Le Seigneur votre Dieu vous interdit d’agir ainsi. Il vous enverra un prophète comme moi, Moïse, qui sera un membre de votre peuple : vous écouterez ce qu’il vous dira. '

Toutes ces pratiques et bien d’autres encore nous mettent en contact avec le monde invisible ténébreux. Ce monde invisible ténébreux, pour mieux séduire et tromper se fait souvent passer pour «lumineux» :

2 Corinthiens 11.14-15 : ' Satan lui-même est capable de se déguiser en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses serviteurs aussi se déguisent en serviteurs de ce qui est juste. '

Dieu est le créateur de l’univers visible

« Dire l’origine c’est aussi dire le sens de l’existence » ! Ce qu’a voulu dire l’auteur inspiré des premières pages de la Bible est donc fondamental … L’univers ne s’est pas auto-créé mais il procède d’un acte créateur.

Hébreux 11.3 : ' Par la foi, nous comprenons que l’univers a été créé par la parole de Dieu, de sorte que ce que l’on voit a été fait à partir de ce que l’on ne voit pas. '

Psaume 33.6, 9 : ' D'un mot le Seigneur a créé le ciel, d’un ordre toute la troupe des étoiles. Car il parle, et ce qu’il dit arrive ; aussitôt dit, aussitôt fait. '

Le mode de création

La théorie de l’évolution (Darwinisme, Néo-Darwinisme)

Elle est une hypothèse scientifique souvent extrapolée en solution métaphysique. Elle a servi d’arme à la propagande athée. Mais cette théorie est aujourd’hui en crise à cause de ses nombreuses difficultés. Toutefois l’immense majorité des savants continue d’adhérer au «transformisme» sous une forme ou une autre. Par transformisme, il est entendu que «cette chose» a été produite par la transformation d’une chose antérieure. Le «transformisme» est une hypothèse reposant sur un grand nombre de données.

Le christianisme face au transformisme

La théorie transformiste nous fait, à nous chrétiens, poser cette question : Dieu a-t-il tout créé par «irruption spéciale» ou bien a-t-il utilisé des causes secondes ? Un examen attentif des Écritures ne semble pas exclure la possibilité que Dieu ait pu en partie avoir recours à un processus évolutif.

Evolution ou création ?

C’est peut-être une façon simpliste de poser le problème. Le créationnisme n’exclue pas automatiquement le transformisme. Tout n’a pas forcement été créé par création directe ( 'qu’il soit fait' ). Dans certains cas l’évolution a pu être la procédure du créateur : Il a eu recours aux lois chimiques, physiques, biologiques … qu’il a lui-même instituées pour amener à l’existence de nouvelles créatures ! Les documents fossiles semblent appuyer l’idée d’un certain transformisme et ce, d’autant plus que la catégorie considérée est plus restreinte.

Exemples de commandements créateurs indirectes dans la Genèse

Genèse 1.11 : ' Dieu dit alors : «Que la terre se couvre de verdure : des plantes produisant leur semence, et des arbres dont chaque espèce porte ses propres graines !» Et cela se réalisa. '

Dieu ordonne à quelque chose qui existe déjà 'la terre' de produire de la 'verdure'.

Genèse 1.12 : ' La terre fit pousser de la verdure : des plantes produisant leur semence espèce par espèce, et des arbres dont chaque variété porte des fruits avec pépins ou noyau. Dieu constata que c’était une bonne chose. '

Il est écrit que c'est la terre qui 'fit pousser' et non pas Dieu par un acte 'd’irruption spéciale'. La terre ( matière première) a obéit à l'ordre qu'elle avait reçu de Dieu de produire des plantes !

Le fait que Dieu puisse avoir en partie créé par mode évolutif n’enlève rien à sa paternité ou à sa gloire. Il s’agit seulement là d’un «mode de faire». Le facteur temps ne doit pas non plus être vu comme un coefficient négatif. La nouvelle création, elle aussi, prend un certain temps !

Autre exemple où Dieu utilise une cause seconde

Ailleurs encore dans l’Ecriture nous retrouvons Dieu usant de causes secondes pour accomplir sa volonté. Par exemple pour la guérison du roi Ézéchias. 2 Rois 20:5 dit (c'est Dieu qui parle) : ' je vais te guérir ' et puis au verset 7 : ' on fit préparer une pâte de figues écrasées ; on la mit sur l’endroit malade, pour que le roi guérisse '.

Qui a guéri Ézéchias la pâte de figues ou Dieu ? Dieu au moyen de la pâte de figues !!!

Rapprochements scientifiques récents

Les nouvelles recherches scientifiques ont amené des éléments nouveaux tout à fait intéressants :

- on parle de plus en plus de «bonds évolutifs» ce qui ne manque pas d'évoquer pour nous les commandements de Dieu qu'on trouve dans le récit de la création.

- on admet plus volontiers «qu’imputer les chefs-d’oeuvres au hasard défie le bon sens»

- les calculs de probabilité estime à une chance sur 1040.000 que la vie ait pu surgir spontanément (chance tout à fait inimaginable !).

Le problème de la datation

Si l’on s’en tient à une interprétation littérale des «jours» de la création (c’est-à-dire signifiant 24 heures), l’univers se serait fait en 144 heures. Le monde serait donc vieux de quelques dizaines de milliers d’années au plus. La science, elle, parle de milliards d’années (4,5). Alors qui croire ?

Tout dépend de la manière dont on interprète le texte de la création dans le livre biblique de la Genèse. Parmi les nombreuses interprétations possibles, on en compte quatre principales

L’interprétation restitutioniste

Toute l’astuce pour réconcilier Bible et Science consiste à glisser entre Genèse 1.1 et Genèse 1.2 les milliards d’années qui manquent à la chronologie biblique. Genèse 1.1 raconterait la première création, Genèse 1.2 sa restauration ; entre les deux, ce serait l’histoire de la dégradation de la première création (passée sous silence dans le texte) avec notamment la révolte du diable et le chaos qui s’en serait suivi.

L’interprétation littérale

Les jours du texte de la Genèse seraient bien des jours de 24 heures. Tout l’univers aurait donc été créé en 144 heures, il y a de cela à peu près 10.000 ans. Les chiffres avancés par la science moderne seraient donc faux, leur système de datation serait contestable. La venue du déluge aurait brouillé les pistes...

Il existe une école scientifique chrétienne ardente défenseur de cette théorie de la « jeune terre ». Elle a publié de nombreux ouvrages très lus dans les milieux évangéliques : 'Evolution ou création' de Jean Flori et Henri Rasolo, 'D’où vient le monde ?' de Monty white

Tous ces auteurs réfutent le consensus scientifique : « vos profs ont tort ! La Bible a raison ! ». Ils ont des arguments à faire valoir, mais pas suffisamment pour renverser le « consensus scientifique » !

L’interprétation concordiste

Les «jours» du texte de la Genèse ne sont pas des «jours» de 24 heures mais des «périodes» pouvant couvrir plusieurs milliers d’années (si le septième jour couvre des milliers d’années, pourquoi pas les autres ?). Ces jours correspondraient aux différentes ères géologiques.

On s’émerveille alors des correspondances avec les conclusions scientifiques actuelles :

- l’inorganique précède le vivant

- la vie animale commence dans l’eau

- l’homme se trouve au terme de la chaîne

La Bible anticiperait les découvertes des savants. La Genèse serait un traité de science d’avant-garde !

Notons cependant que la concordance apparente entre le récit de la création dans la Genèse et la science n’est, à y regarder de plus près, pas aussi évidente que cette interprétation l'affirme.

Selon le récit de la Genèse, les arbres viennent avant les organismes marins, les oiseaux avant les insectes, mais surtout la terre avec sa végétation avant le soleil et les étoiles ! L’astuce, pour retomber sur ses pattes, consisterait à lire en Genèse 1.16 non pas 'Dieu fit le soleil, la lune et les étoiles' mais Dieu 'fit voir le soleil, la lune et les étoiles' ; auparavant, ils auraient été cachés par les nuages !

L’interprétation littéraire

« Moïse raconte-nous la création ! », « oui raconte-leur la création » ! Et bien selon cette interprétation Moïse va le faire dans un langage accessible : le schéma 6 + 1 est un schéma couramment utilisé dans le Moyen Orient biblique pour décrire quelque chose ! C'est donc facilement compréhensible pour les gens de son époque !

Le texte de la Genèse ne serait donc pas un traité de science mais une œuvre littéraire artistique, brossant dans un tableau logique et harmonieux l’œuvre du Créateur. L’intention de l’auteur ne serait pas de nous livrer une chronologie originelle. Ce serait bien plutôt un hymne-récit suivant une toute autre logique : Dieu structure le grand vide originel en y créant d'abord des «habitacles»( par différenciation) puis il peuple ces espaces ainsi créés d'habitants.

Les habitacles(Genèse 1 : 3-13)

Lumière - ténèbres jour 1

Eaux d’en-haut - Eaux d'en-bas jour 2

Mer - Terre jour 3

Les habitants(Genèse 1 : 14-31)

Les astres jour 4(correspondant au jour 1)

Les Oiseaux et les Poissons jour 5 ( correspondant au jour 2)

Les animaux et les hommes jour 6 ( correspondant au jour 3)

Attention cette interprétation dite littéraire ne dit pas que Genèse 1 à 3 est un mythe, une fable mais la révélation fiable des origines. Il s'agit de faits historiques mais non relatés dans un ordre chronologique mais dans un ordre qui suit une autre logique.

A noter que...

Les jours de Genèse 1 ne contredisent les datations proposées par la science qu’interprétés littéralement.

S’il est vrai que les méthodes actuelles ne permettent pas de mesurer avec certitude des âges supérieurs à 40.000 ans, l’hypothèse d’une vieille terre reste toutefois la plus vraisemblable. Tel est d’ailleurs l’avis de la majorité des savants chrétiens.

A propos du septième jour

Le repos de Dieu

Genèse 2.1-2 : ' Ainsi furent achevés le ciel, la terre et tout ce qu’ils contiennent. Dieu, après avoir achevé son œuvre, se reposa le septième jour de tout son travail. '

Ce jour de repos souligne l’achèvement de l’œuvre créatrice. Nous sommes désormais en présence d’un système achevé, stable qui va permettre le déroulement de l’histoire.

Dieu contemple son œuvre (Genèse 1.31), se délecte en elle dans la joie du septième jour. Mais Dieu n’est pas lié par son repos (cf. Jean 5.17-18)

Ce schéma 6 + 1 utilisé pour décrire l’œuvre du créateur devient le modèle de la semaine humaine. L’homme est appelé à imiter son créateur : à travailler 6 jours et à chômer le septième jour !

Le sabbat de l'homme

Concernant le commandement d’observer le sabbat : Exode 20 v 8 à 11. Ce commandement fait partie de la loi de Moïse, il est un signe de la relation qui unit Dieu au peuple d’Israël :

Exode 31 v 13: « le sabbat manifestera en tout temps la relation qui vous unit à moi ; il vous rappellera que je suis le Seigneur et que vous m'appartenez en propre. »

V 17 : « Ce jour sera à jamais un signe de la relation qui unit les Israélites à moi-même »

Pour nous chrétiens cette observance du sabbat est-elle exigée ?

Actes 15 v 10 : « Pourquoi défiez-vous Dieu en voulant imposer aux croyants un fardeau que ni nos ancêtres ni nous-mêmes n'avons été capables de porter ? »

Actes 15 v 19 à 21 : « C'est pourquoi, ajouta Jacques, j'estime qu'on ne doit pas créer de difficultés à ceux, non juifs, qui se tournent vers Dieu. 20 Mais écrivons-leur pour leur demander de ne pas manger de viandes impures provenant de sacrifices offerts aux idoles, de se garder de l'immoralité et de ne pas manger de la chair d'animaux étranglés ni de sang. 21 Car, depuis les temps anciens, des hommes prêchent la loi de Moïse dans chaque ville et on la lit dans les synagogues à chaque sabbat. »

Actes 15 v 28 et 29 : « le Saint-Esprit et nous-mêmes avons décidé de ne vous imposer aucun fardeau en dehors des devoirs suivants qui sont indispensables : 29 ne pas manger de viandes provenant de sacrifices offerts aux idoles ; ne pas manger de sang, ni de la chair d'animaux étranglés ; vous garder de l'immoralité. » Remarque : s'abstenir de manger de la viande avec du sang était demandé aux chrétiens non juifs pour ne pas choquer leurs frères et sœurs d'origine juive

Colossiens 2 v 16 et 17 : « Ainsi, ne laissez personne vous juger à propos de ce que vous mangez ou buvez, ou pour une question de fête, de nouvelle lune ou de sabbat. 17 Tout cela n'est que l'ombre des biens à venir ; mais la réalité, c'est le Christ. »

1 Corinthiens 9 v 19 à 21 : « Je suis libre, je ne suis l'esclave de personne ; cependant je me suis fait l'esclave de tous afin d'en gagner le plus grand nombre possible au Christ. 20 Lorsque j'ai affaire aux Juifs, je vis comme un Juif, afin de les gagner ; bien que je ne sois pas soumis à la loi de Moïse, je vis comme si je l'étais lorsque j'ai affaire à ceux qui sont soumis à cette loi, afin de les gagner. 21 De même, lorsque je suis avec ceux qui ignorent la loi de Moïse, je vis comme eux, sans tenir compte de cette loi, afin de les gagner. Cela ne veut pas dire que je suis indifférent à la loi de Dieu, car je suis soumis à la loi du Christ. »

Si dans la loi du Christ nous ne sommes pas tenus par l’observance du sabbat juif nous ferions bien cependant d’en observer l’esprit !

Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat

Attention au légalisme : le but de Dieu en instituant le sabbat n'était pas de nous mettre sous un joug religieux mais de nous bénir !

Le sabbat un appel au recul

Ce jour de repos protège l’homme contre le danger d’être absorbé par sa tâche : « le travail fut sa vie » ! La pratique du repos hebdomadaire relativise les œuvres de l’homme, elle l’appelle à prendre du recul !

Le sabbat un appel au repos

La discipline du repos est gage de bonne santé

Le sabbat un appel à lever les yeux en-Haut

C'est « un jour qui m’est consacré » dit le Seigneur !

En effet « L’homme n’accomplira pas sa vocation dans la relation au monde qu’il transforme mais quand il lève les yeux en haut » ! Le sabbat est une invitation à regarder en haut car l’essence de l’homme n’est pas dans son activité mais dans sa relation à Dieu !!!

Respecter les rythmes naturels

Dieu, en créant, institue aussi un rythme de vie (jour - nuit, jour ordinaire - jour de fête, jour de travail - jour de repos...).

La modernité tend à remettre en cause ce rythme créationnel pour son malheur !

La création visible : révélation de Dieu à tous !

Romains 1.19-21 : ' 19 Ce que l'on peut connaître de Dieu est clair pour eux : Dieu lui-même le leur a montré clairement. 20 En effet, depuis que Dieu a créé le monde, ses qualités invisibles, c'est-à-dire sa puissance éternelle et sa nature divine, se voient fort bien quand on considère ses œuvres. Les humains sont donc inexcusables ! 21 Ils connaissent Dieu, mais ils ne l'honorent pas et ils ne le reconnaissent pas comme Dieu '. Paul nous dit ici que cette révélation est suffisante pour fonder la responsabilité et la culpabilité spirituelle de l'être humain !

Psaume 104.24 : ' Seigneur, qu’elle est vaste, ton activité ! Avec quel art tu as tout fait ! La terre est remplie de ce que tu as créé. '

Psaume 19.2 : ' Le ciel proclame la gloire de Dieu, la voûte étoilée révèle ce qu’il a fait. '

La création nous parle de la grandeur, de la sagesse, de l’intelligence, de la puissance et de l’amour de celui qui l’a amenée à l’existence ! Toute la création est appelée à glorifier son créateur (lire Psaume 148). Hélas, dans sa folie, l’homme glorifie la créature au lieu du créateur.

Romains 1.25 : ' Ils échangent la vérité concernant Dieu contre le mensonge ; ils adorent et servent ce que Dieu a créé au lieu du Créateur lui-même, qui doit être loué pour toujours ! Amen. '

Les anthropologues attestent que l’adoration fait partie de l’être humain ! La vraie humanité consiste à adorer celui qui nous a créé !

Dieu est le créateur de l’homme

Genèse 1.26 : Dieu dit enfin : «Faisons les êtres humains».

Genèse 1.27 : ' Dieu créa les êtres humains à sa propre ressemblance ; il les créa homme et femme.' C’était le 6ème jour.

Adam, où es-tu ?

Que dit l'anthropologie ?

Où situer l’homme dont parle la Genèse dans les schémas de l’anthropologie préhistorique ? L’étude de la préhistoire fait partie des sciences «vedettes» de ces dernières décennies. Les savants admettent grosso modo la reconstruction suivante :

L'âge du néolithique

«Notre» humanité est celle du néolithique, l’âge de la civilisation avec l’élevage et l’agriculture, puis le travail des métaux. Elle a commencé il y a 10.000 ou 12.000 ans. Genèse 4 correspond exactement à l’homme du néolithique voir en particulier les versets 4, 20 et 22.

L'âge de Cro-magnon

L’homme de Cro-Magnon date de 30.000 av. J.-C. environ. Morphologiquement, cet homme ne se distingue pratiquement pas de l’homme moderne ; son industrie et surtout les chefs-d’oeuvre de son art suggèrent des caractères psychiques également proches des nôtres. Beaucoup voient dans ses figurines la trace de préoccupations religieuses.

L'âge de Neandertal

L’homme de Neandertal date de 40.000-150.000 av. J.-C. Il est plus primitif par ses réalisations et son anatomie. Il enterre, au moins parfois, ses morts. Il a un gros cerveau jusqu’à 1.700 cc.

L'âge du Pithécanthrope

Le pithécanthrope date de 1.000.000 av. J.-C. Il est classé dans la catégorie de l’homo erectus, catégorie à mi-distance entre l’Homo sapiens et les singes, anthropomorphes. Il maîtrise le feu, organise son habitat, invente matelas, couvertures, outils.

L'âge de l'Homo habilis

L’homo habilis date de 2.000.000 av. J.-C. Il mesure 1,30 m à 1,40 m, aménage des galets, dépèce le gros gibier...

L'âge de l'Australopithèque

L’australopithèque date de plusieurs millions d’années av. J.-C. Redressé, mais pas autant que nous, il utilise des outils très simples, a un cerveau de 500 cc.

Cette fresque scientifique reconstitutive de l’hominisation et qui se fonde sur un certain nombre de fragments fossiles ne manque pas de nous faire poser la question : Adam, où es-tu ?

Que dit la Bible ?

On a vu que Genèse 4 correspondait bien avec l'âge du Néolithique. Mais que penser alors de l’homme de Cro-Magnon (homo sapiens sapiens) ou de Neandertal (homo sapiens)? N’appartiendraient-ils pas, eux aussi, à la race humaine ?

Si on les considère comme des ' frères d'humanité ' soit faut récuser leurs datations comme le fait une école scientifique chrétienne et leur donner ' un sacré coup de jeune ' ! Soit faire remonter la datation d'Adam et Ève à 40.000 av. JC en invoquant la possibilité de raccourcis dans les généalogies bibliques. Ou bien faut ne pas voir pas en eux des frères d'humanité '.

Selon la Bible avec l’émergence de l’âdam biblique, nous avons plus que le franchissement d’un seuil dans l’accroissement de la complexité. Un acte de création directe convient seul pour une telle nouveauté : l’être en image de Dieu !

Notons à ce propos :

- La solennité de l’annonce dans le récit de la Genèse (triple bârâ)

- Le privilège d'Adam qui l’élève au-dessus du règne animal. Seul il reçoit l’insufflation de la neshâmâ (Genèse 2.7). Les animaux, eux, sont seulement pétris de la terre

- La présence en l’homme d’une intériorité (cœur, âme, esprit) distincte du corps

Comment se situer en tant que chrétiens vis à vis des hommes pré-historiques ?

La tentation simpliste consisterait à dire ' ils n'ont point exister point bar ! '. Mais que faire alors des fossiles découverts et qui attestent de leur existence ! Tous les scientifiques ne sont pas des faussaires !

Plus sérieusement il convient d'admettre en l'état actuel de la science qu'il y a bien existé des créatures à mi-chemin entre le règne animal et le règne humain, créatures qui n'existent plus aujourd’hui ! Comment ont-elles disparues ? Pourquoi Dieu les a t'il créées ? Autant de questions qu'on lui posera en arrivant au ciel !

Certains se sont posé la question si ces ' hommes préhistoriques ' n'étaient pas en fait des ébauches de ce que Dieu voulait créer avec Adam. Comme si Dieu avait créé des prototypes de plus en plus perfectionnés avant de créer son chef d'oeuvre !

Certains envisagent même que ces ' êtres pré-historiques' ont pu constituer le matériau ( la poussière du sol) à partir duquel Dieu a façonné l'être adamique ? C’est chose permise de penser ainsi du côté catholique par l’encyclique Humani Genesis (12 août 1950). Du côté protestant «évangélique», plusieurs, comme James Orr, admettent que le matériau de l’oeuvre créatrice de Dieu pour le corps d' Adam ait pu être un organisme animal très très évolué.

Avec Adam et Ève commence un nouveau règne : le règne humain !

Si beaucoup de savants insistent encore sur la continuité entre l’homme et l’animal (l’étude des protéines a montré l’extrême proximité de l’homme actuel d’avec les grands anthropomorphes, à 99 % identique chez le chimpanzé !), d’après Edouard Boné, la majorité des chercheurs « reconnaissent désormais qu’avec l’homme une nouvelle espèce de vie est apparue sur la terre. Il ne s’agit plus d’un ordre différent de celui des primates, mais d’un règne nouveau, profondément original, en rigoureuse continuité biologique et en rupture radicale tout ensemble avec ceux qui l’ont précédé ».

En faveur d’une création spéciale de l’esprit de l’homme, on peut citer le témoignage des linguistes qui, comme Noam Chomsky, soulignent l’abîme qui sépare la communication animale et le langage humain et d'écrire « Il n’y a aucune raison de supposer que l’on puisse jeter un pont sur ces ‘gouffres ».

Il est aussi intéressant de noter qu’aujourd’hui les scientifiques parlent d’une seule et même souche pour l’humanité (monophylétisme). Max Gallo, résumant le livre du savant Jean de Grouchy, écrit : « Adam et Eve ont existé et tous les hommes vivants aujourd’hui descendent de ce couple unique, et peut-être d’un seul individu ».

Comme le texte biblique nous l'affirme Adam et Ève sont donc bien les 1ers humains qui ont peuplé cette terre !

Créé en image de Dieu

' Faisons l’homme en notre image, comme notre ressemblance ' (Genèse 1.26). Comment comprendre ce verset biblique ?

En quoi l’homme est-il image de Dieu ?

Bien des choses ont été dites et écrites sur ce sujet.

Il n'est pas possible qu’il s’agisse d’une ressemblance physique ça c'est sûr !

Serait-ce parce que l’être humain contrairement aux animaux est doté de la « nechama » (Genèse 2 v 7), c’est-à-dire d’une intériorité proche de la nature divine et capable de communier avec son créateur ?

Voici une autre façon de comprendre ce texte...

L’interprétation qui nous semble la plus satisfaisante repose sur cette autre traduction possible de l'original à savoir ' créés en son image ' ou ' pour être son image ' !

A ce terrien qu’est Adam, il est conféré un privilège extraordinaire : représenter Dieu, être son image, exercer son autorité, refléter sa gloire : « Dieu a lui-même installé son simulacre dans son sanctuaire cosmique ».

L’homme est donc la couronne de la création divine ! Mais attention l’image n’est pas l’original ; elle n’est rien sans l’original qu’elle représente. La vocation de l’être humain suppose donc aussi bien qu’exige une communion, une dépendance vis-à-vis de Dieu.

Une telle dépendance est aliénatrice, suggérera le serpent : ne te contente pas de représenter Dieu, d’être son image mais deviens Dieu toi-même ! Que ton règne ne soit pas une simple lieutenance, toi le vice-roi, deviens roi !

Adam et Ève créés purs, intègres, heureux, mais avec la liberté d’allégeance mordront à cette tentation qui aura des résultats catastrophiques pour le cosmos entier ! C’est dans l’abandon de cette folie émancipatrice et dans le retour à Dieu que sera le salut des humains !

Précisions

Si l’homme est «l’image visible » du Dieu invisible, on comprend aisément le lien étroit que la loi établit entre aimer Dieu et aimer son représentant (cf. Jacques 3.9 et 1 Jean 4.20).

« Adama » en hébreu veut dire terre. Dans les cosmogonies païennes l’homme vient d’en haut ! Dans la Bible l’homme vient d’en bas : il est tiré du sol comme les animaux ! Le mot homme (homo) vient d’une racine latine désignant l’humus, même racine qu’humilité ! Alors ne nous prenons pas pour ce que nous ne sommes pas !!!

Homme et femme, mâle et femelle participent également au privilège d’être créés en l’image de Dieu (Genèse 1.27).

La distinction sexuelle est la seule avec laquelle l’humanité ait été créée. Homme et femme ne sont pas 2 identités interchangeables mais complémentaires, chacune avec une spécificité et mission propre. Ensemble il leur est conféré le pouvoir de procréer ! Aujourd’hui on cherche à abolir notre sexualité naturelle comme fondatrice de notre identité au profit de ' l'orientation sexuelle ' qui elle est un choix que chaque individu serait en droit de faire indépendamment de son identité chromosomique ! Pareillement on cherche à ce que la ' procréation' puisse devenir accessible aux célibataires ou couples homosexuels !

La révolte de l’homme contre son suzerain n’a pas fait pour autant disparaître son privilège créationnel ; toutefois, elle a contribué à ce que l’image soit aujourd’hui passablement déformée. L’homme n’est plus qu’un pâle reflet de son créateur !

Conclusion de cette étude

Ce chapitre de notre étude doctrinale est particulièrement long et complexe. Nous l’avons désiré ainsi dans un souci double :

Un souci pastoral

Nombreux sont les chrétiens perplexes ou troublés sur ces questions des origines. Ils ne savent parfois plus trop «à quel saint se vouer» : la Bible ou la science ! Nous espérons que les informations et explications fournies les aideront à y voir plus clair.

Un souci d’évangélisation

Souvent nous, chrétiens, adoptons une attitude arrogante et fermée vis-à-vis de tous les non croyants qui se sont penchés sur ces questions des origines du monde. On se retranche trop facilement derrière la Bible et refusons le dialogue, refusons d’écouter, de comprendre. Une telle attitude contribue à donner une image des chrétiens comme des gens bornés, prétentieux, étroits. En faisant mention des théories scientifiques existantes, nous avons voulu essayer de donner une autre image : celle de gens qui cherchent à comprendre et n’ont pas forcément réponse à tout.