formation-doctrinale-la-sainte-cene

Formation doctrinale : la Sainte Cène

C'est ici l'étape 36 de notre parcours de formation

A. Les différentes appellations de la Cène

Nouveau Testament

Le NT utilise les mots repas du Seigneur, fraction du pain

Chez les Protestants

Les appellations les plus courantes sont : Sainte-Cène, Cène

Chez les Catholiques

L'appellation la plus courante est : communion, Eucharistie

B.Les éléments constitutifs de la Sainte-Cène

Dans le Nouveau Testament les éléments sont le pain et la coupe ou fruit de la vigne . Le mot « vin » n’est pas employé !

C. La Sainte Cène qu’est-ce-que c’est ?

C’est une action communautaire qui consiste à manger du pain et à boire du fruit de la vigne en souvenir de Jésus-Christ et de sa mort pour nous sur la croix. C’est Jésus lui-même qui a institué la Sainte-Cène.

Matthieu 26.26-28 : ' Pendant le repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le rompit et le donna à ses disciples ; il leur dit : - Prenez et mangez ceci, c’est mon corps. Il prit ensuite une coupe de vin et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna en disant : - Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang qui garantit l’alliance de Dieu et qui est versé pour beaucoup, pour le pardon des péchés. '

Jésus nous a commandé de pratiquer ce 'repas du Seigneur ' : ' Faites ceci en souvenir de moi ' (1 Corinthiens 11.24-25). La Sainte-Cène est donc un commandement de Jésus.

D. Comment se déroule la Sainte Cène ?

Dans l’Eglise primitive, la Sainte-Cène était célébrée au cours d’un repas

Les participants à ce repas communient aux deux espèces : Matthieu 26.27 : ' Mangez..., buvez-en tous... '

A quelle fréquence la Cène doit-elle être célébrée ?

Aucun ordre n’est donné à ce sujet dans le Nouveau Testament : 1 Corinthiens 11.26 : ' ...toutes les fois que vous mangez de ce pain ou que vous buvez de cette coupe. '

La Cène semble avoir été célébrée tous les jours dans la première communauté chrétienne de Jérusalem :Actes 2.46 (La Colombe) : ' Chaque jour... ils rompaient le pain dans les maisons. '

En Actes 20.7, nous voyons que la Cène est célébrée le premier jour de la semaine, c’est-à-dire le dimanche : Actes 20.7 (La Colombe) : ' Le premier jour de la semaine, nous étions rassemblés pour rompre le pain. '

Qu'en est-il de la liturgie qui l'accompagne ?

Cette fraction du pain et ce partage de la coupe s’accompagne d’un rappel des paroles de Jésus pour définir le sens de ces gestes : 1 Corinthiens 11.23 : ' Car voici l’enseignement que j’ai reçu du Seigneur et que je vous ai transmis : Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré... '

E. Qui peut prendre la Sainte-Cène ?

Il est nécessaire que la personne qui prend la Sainte-Cène réalise le sens et la portée de ce qu’elle fait, qu’elle ait compris et accepté dans sa vie le sacrifice de Jésus : 1 Corinthiens 11.28-29 : ' Que chacun donc s’examine soi-même et qu’il mange alors de ce pain et boive de cette coupe ; car si quelqu’un mange du pain et boit de la coupe sans reconnaître leur relation avec le corps du Seigneur, il attire le jugement sur lui-même en mangeant et en buvant. '

Un chrétien qui prend la Cène indignement s’expose à un jugement contre lui-même : 1 Corinthiens 11.27, 30-31 : ' C’est pourquoi, si quelqu’un mange le pain du Seigneur ou boit de sa coupe d’une façon indigne, il se rend coupable de péché envers le corps et le sang du Seigneur. C’est pour cette raison que beaucoup d’entre vous sont malades et faibles, que plusieurs sont morts. Si nous commencions par nous examiner nous-mêmes, nous éviterions de tomber sous le jugement de Dieu. '

F. Comment comprendre « Ceci est mon corps, ceci est mon sang » ?

1. Compréhension catholique : la transsubstantiation

Par la vertu du pouvoir du prêtre, le pain devient le corps du Christ, le vin devient le sang du Christ. Celui qui communie, communie donc, malgré les apparences, au corps et au sang du Christ.

2. Compréhension luthérienne : la consubstantiation

Le pain reste du pain, le vin reste du vin, mais le corps et le sang du Christ sont présents dans, avec et sous le pain et le vin.

3. Compréhension évangélique

Il n’y a pas de présence corporelle, ni spirituelle dans le pain et le vin. La Cène est un souvenir : ' Faites ceci en souvenir de moi' . Le pain et le vin sont deux symboles qui nous rappellent ce que Jésus a fait pour nous, comme une image, une photo nous rappelle tel ou tel souvenir.

' Ceci est mon corps ' est compris comme ceci symbolise mon corps et 'ceci est mon sang ' comme ceci symbolise mon sang.

4. La Cène est l’annonce du sacrifice de Christ et de notre foi en ce sacrifice

1 Corinthiens 11.26 : ' Toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez... '

Celui qui prend le pain et le vin annonce que le corps de Jésus a été brisé et que son sang a été versé pour le pardon de ses péchés. Il confesse qu’il a mis personnellement sa confiance dans ce sacrifice du Christ pour son salut.

5. Arguments en faveur de la compréhension évangélique

1. Romains 14.17 : ' Le Royaume de Dieu n’est pas une affaire de nourriture et de boisson ; il consiste en la justice, la paix et la joie que donne le Saint-Esprit. ' 1 Corinthiens 8.8 : ' Ce n’est pas un aliment qui nous rapprochera de Dieu : nous ne perdrons rien si nous n’en mangeons pas, et nous ne gagnerons rien non plus si nous en mangeons.' Pensez que le Royaume de Dieu, la grâce passe par la médiation d'un aliment ou d'une boisson est étranger à l'enseignement du Nouveau Testament.

2. Au moment où Jésus a institué la Sainte-Cène, Jésus n’était pas encore mort ; comment donc le pain pouvait-il être son corps brisé et le vin son sang versé ?

3. Aujourd’hui, le corps de Jésus est dans le ciel ; ce corps ne jouissant pas de l’ubiquité ( c'est à dire être partout à la fois) il ne peut pas être à la fois dans le ciel et à la fois dans l’hostie et le calice.

4. Hébreux 13.10-12 (La Colombe) : ' Nous avons un autel dont les desservants du tabernacle n’ont pas le droit de tirer leur nourriture. Car le corps des animaux dont le sang a été offert pour les péchés dans le sanctuaire par le souverain sacrificateur, sont brûlés hors du camp. C’est pourquoi Jésus aussi, pour sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte '. La loi interdisait de consommer les sacrifices pour le péché dont le sang avait été présenté dans le lieu très saint (Lévitique 16.27). Manger la chair de Christ est donc ' hors la loi' !

G. La Sainte Cène est un repas communautaire et unitaire

La Sainte-Cène est l’occasion pour les chrétiens d’affirmer leur unité : 1 Corinthiens 10.17 (La Colombe) : ' Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous sommes un seul corps. '

Ce repas du Seigneur préfigure le grand banquet communautaire du Royaume : Matthieu 26.29 : ' ...Je ne boirai plus de ce vin jusqu’au jour où je boirai avec vous le vin nouveau dans le Royaume de mon Père. '