presentation_img_alt

Une rencontre providentielle...

J’aimerais vous parler d’une rencontre providentielle qui pourrait changer votre vie.

Un homme de la cinquantaine, après avoir vécu 23 ans avec sa petite amie se retrouve à la rue. Il passe son temps à chercher du travail puis il reste assis sur un banc devant le centre commercial. Une personne s’approche de lui : « Vous êtes bel homme. Pouvez-vous faire quelques pas devant moi. » Celui-ci, bien qu’interloqué, s’exécute. « Vous avez une prestance remarquable. Si vous êtes intéressé, rendez-vous à l’agence de mannequins » Et c’est ainsi que cet homme qui avait perdu tous repères, toute estime de soi, qui vivait dans la honte et le rejet, peut désormais marcher tête haute devant une assistance qui applaudit. Cette rencontre providentielle a changé sa vie. Cette histoire vraie m’en rappelle une autre qui est relatée dans la Bible (Marc, chapitre 10).

La rencontre de l'aveugle Barthimée avec Jésus

Un homme aveugle du nom de Barthimée, assis au bord du chemin faisait l’aumône. Il entend dire que Jésus passe dans les environs. Il aimerait tellement le rencontrer. Mais comment Jésus pourra-t-il le voir au milieu de cette cohue ? Alors il l’appelle : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Les gens autour de lui le rabrouent pour le faire taire. Peut-être pensent-ils que ce pauvre bougre ne vaut pas la peine du dérangement. Mais Jésus a entendu son cri de détresse et le fait venir.

Dans le Psaume 34, il est écrit : « J'ai cherché l’Éternel, et il m'a répondu; Il m'a délivré de toutes mes frayeurs. Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie, Et le visage ne se couvre pas de honte. Quand un malheureux crie, l’Éternel entend, Et il le sauve de toutes ses détresses. »

Jésus a pris le temps de lui parler, de l’écouter, de le guérir. Personnellement, je pense que Barthimée n’a pas seulement été guéri de sa cécité ; il a aussi été guéri de la pauvre image qu’il avait de lui-même et du désespoir d’une vie sans avenir. Il est dit qu’il jeta son manteau. Celui-ci devait être miteux ; il représentait son passé de misère. Il n’en avait plus besoin. Puis on le voit suivre Jésus sur le chemin. Je l’imagine, lui aussi, comme le SDF de tout à l’heure, marcher la tête haute, sous le regard admiratif de la foule.

Aujourd’hui vous vous trouvez peut-être confiné chez vous physiquement

Et pourtant vous vous sentez « Sans Domicile Fixe » affectivement et spirituellement parlant. Vous avez vécu un échec sentimental, le rejet d’un enfant, d’un ami… Peut-être avez-vous perdu dans cette pandémie votre travail ou pire, un être cher.

Vous êtes comme un « bateau ivre », sans plus d’attaches, de repères, de stabilité, de sécurité. Devant les mauvaises nouvelles qui tournent en boucle, votre confiance dans l’avenir, dans la société ou même en Dieu lui-même est bien entamée.

Vous avez prié et crié au Seigneur et vous avez l’impression qu’il vous a ignoré. Des proches ont pu se moquer de votre foi. Et vous avez commencé à croire que, peut-être, vous ne valiez pas le détour, que Dieu était trop occupé pour s’occuper du petit grain de poussière que vous représentez dans l’univers. Mais toutes ces pensées sont faussées.

Car Jésus vous a entendu.

Il passe et s’arrête. Il vous voit sur votre banc et vous dit combien vous êtes beau, belle, digne d’être aimé(e). Il voit dans votre destinée, un futur radieux. Il vous propose un rendez-vous. Car il veut vous relever, vous restaurer, vous guérir, vous délivrer, vous consoler…

Il vous invite même à demeurer chez Lui, « en Lui » ! Acceptez ce rendez- vous ! Laissez à la poubelle, vos vieux habits poussiéreux tissés par le doute, la crainte, la honte, le désespoir et le péché. Et repartez, vous-aussi, la tête haute, en suivant Jésus. Cette rencontre providentielle peut changer votre vie.

J’aimerais vous recommander un ebook

Vous pourrez le télécharger gratuitement sur ce site à notre page Edition. Il s’agit du témoignage d’une femme qui a vécu le rejet, le handicap, les camps de concentration, la faim, la soif, l’horreur… Elle aussi a fait une rencontre providentielle qui lui a permis de dire malgré tout : « Chienne de vie, je t’aime d’un amour fou ! »

Dieu vous bénisse.