presentation_img_alt

Nous avons besoin de patience pour voir s'accomplir les promesses de Dieu

La foi et la patience héritent des promesses de Dieu

Est-ce que le monologue suivant vous est familier ?

 " J’ai fait tout ce que la Bible dit. J’ai fait tout ce que le pasteur a dit. J’ai entendu la Parole. Je l’ai reçue. Je l’ai crue. Je l’ai proclamée. J’ai agi en conséquence mais je ne vois rien arriver ! Où se trouve la manifestation de ma foi ? Si j’ai mal agi, je ne vois pas en quoi ! Je sens que je vais tout laisser tomber !

Cher lecteur, le meilleur conseil que je puisse vous donner est ceci : ne cessez jamais de croire en la Parole de Dieu !

Bien sûr, il y aura des fois où vous aurez à tenir ferme dans la foi pendant longtemps, mais n’abandonnez jamais !

Vous devez comprendre qu’avec Dieu, 1000 ans sont comme un jour et un jour comme 1000 ans (2 Pierre 3 : 8). Dieu peut vous donner une « parole rhéma » sur un sujet particulier mais Lui voit qu’elle ne se réalisera que dans dix ans. Il vous la fera connaitre à l’avance pour que vous puissiez prier pendant ces dix années et vous y préparer. Grâce à vos prières, ce qui est tortueux sera redressé et les endroits rocailleux aplanis de sorte que la volonté de Dieu s’accomplira avec aisance.

Ce n'est pas trop tard pour  voir les promesses de Dieu s'accomplir dans ta vie ! 

Notre société met beaucoup d’emphase sur la jeunesse ce qui fait que ceux qui ont 40, 50 ou plus de 60 ans peuvent commencer à mettre de côté les plans que Dieu a pour eux. Mais cela n’est pas biblique. Ce n’est que lorsque Moïse a eu 80 ans que Dieu a commencé à l’utiliser. Et vous vous rendez compte de tout ce que Moïse a accompli ? Il a dépassé sa crainte de parler en public. Il a affronté un Pharaon obstiné et rempli de vengeance et il a conduit une nation entière qui avait été en servitude pendant 400 ans, vers la liberté. C’était un octogénaire qui a marché des kilomètres et des kilomètres à travers le désert. Il a prié sur une montagne, a entendu la voix de Dieu puis il a dû reprendre le peuple désobéissant et réprimer la rébellion.

Dieu a dit que Moïse a été trouvé fidèle dans toute Sa maison (Nombres 12 : 7), mais avant Moïse, Dieu a utilisé un autre homme bien avancé en âge. Son nom est Abraham. Il avait plus de 70 ans quand Dieu s’est adressé à lui pour lui dire de quitter sa famille à Ur en Chaldée et pour suivre Dieu vers une destination inconnue. Abraham a été appelé le « Père de la foi » (Romains 4 : 16). Pourtant, il a dû attendre encore 25 années avant la naissance d’Isaac.

Cher lecteur, il y a des choses qui prennent du temps.

Pourquoi avec Dieu les choses n’arrivent-elles pas immédiatement ? 

Il y a plusieurs raisons à cela mais une des plus grandes est le fait qu’on a affaire avec des êtres humains qui possèdent le libre-arbitre. Par exemple, vous pouvez avoir la foi que Dieu pourvoira à l’argent nécessaire pour votre voyage missionnaire. Dieu a probablement parlé à quelqu’un de le financer pour vous, mais Dieu ne le forcera pas à le faire.

Elle ou lui peut retenir l’accomplissement de la promesse que Dieu vous a faite. La bonne nouvelle, c’est que même si des personnes peuvent retarder la bénédiction, elles ne peuvent l’empêcher. Si elles continuent à résister à la direction de Dieu, le Seigneur trouvera quelqu’un d’autre qui vous donnera ce dont vous avez besoin.

Celui qui obéit finalement à la volonté de Dieu sera béni en retour également. C’est comme ça que Son système fonctionne.

Mais, ne soyez pas trop sévère par rapport aux personnes qui sont lentes à obéir à Dieu. Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous admettrons qu’il y a eu des occasions où nous avons tergiversé et usé de faux-fuyants et n’avons pas fait exactement ce que Dieu voulait que l’on fasse, au moment où Il voulait qu’on le fasse.

Nous sommes tous connectés les uns aux autres. Par exemple, je suis connecté à mes parents. Si j’ai été sauvé, c’est parce que mes parents croyaient en Dieu. S’ils n’avaient pas été là, je n’aurais pas été exposé au christianisme. Mes enfants sont connectés à ma femme et à moi-même. Leurs enfants sont liés à eux. L’obéissance des parents à la Parole de Dieu a des conséquences sur leurs enfants. Cependant, la désobéissance peut entraver la bénédiction de Dieu pour les générations à venir.

Donnez du temps à la Parole de Dieu de grandir dans votre vie et dans la vie de vos enfants.

Il existe deux mots grecs dans le Nouveau Testament qui sont traduits par « patience ». Le premier est « hupomone ». Il signifie une « persévérance joyeuse » - pas seulement une persévérance mais une persévérance « joyeuse ». Il signifie également « la constance ». En d’autres mots, la patience ne change pas. « Hupomone » veut aussi dire « continuer ». Quand vous considérez tous les sens de ce mot grec, vous comprenez qu’il s’agit d’une « patience » joyeuse avec laquelle vous allez continuer de marcher en traversant toutes les choses qui sont devant vous.

Il est important de noter que cette patience ne se limite pas à votre état émotionnel. Luc 21 : 19 dit, « Par votre patience, vous sauverez votre âme ». Votre âme, c’est votre esprit, votre volonté, et vos émotions. Donc la patience aide à stabiliser votre état émotionnel. Lorsque vous êtes impatient(e), vous êtes agité(e), irrité(e) et en colère. Vous allez trop vite et prenez des décisions à l’emporte-pièce ; vous faites des choses puis ensuite vous vous demandez, « Mais pourquoi j’ai fait ça ? ».

La patience poursuit un but plus élevé que la plupart des gens ne le réalise. Paul mentionne l’un de ces buts dans le chapitre cinq de Romains. 

"Bien plus, nous sommes fiers même de nos détresses, sachant que la détresse produit la patience." (Romains 5 : 3)

A quelle « expérience » Paul fait-il référence ici ? C’est l’expérience de gagner. Quand vous gagnez la bataille du découragement une première fois, vous pouvez vous dire que la fois suivante, « Je gagnerai celle-là aussi ! »

Satan fera toujours pression sur vous pour que vous baissiez les bras. 

Mais dans ces moments-là, tout ce que vous avez à faire est de rester contant(e), inébranlable et de garder vos émotions sous contrôle. 

Paul, dans sa Première Lettre à Timothée rappelle à son jeune protégé l’importance de la patience.

"Mais toi, ô homme de Dieu, fuis ces choses, et poursuis la justice, la piété, la foi, l'amour, la patience, la douceur d'esprit." (1 Timothée 6 : 11)

Il y a des choses desquelles il faut s’éloigner comme l’orgueil, l’avarice et l’amour de l’argent. Il y a d’autres choses que nous devons poursuivre comme la justice, la piété, la foi, l’amour, la douceur et la patience !

Rappelez-vous ce que le mot grec pour patience signifie : une persévérance « joyeuse » ! Recherchez-vous la patience - en riant des revers et des retards ?

Il y a des gens qui prétendent que nous faisons semblant quand nous disons que nous choisissons la joie même quand les choses ne vont pas comme nous le souhaiterions, mais ce n’est pas le cas. Nous manifestons notre foi au travers de la patience. Je dois le faire toutes les semaines. Je me rappelle que j’ai plein de graines et que la Parole de Dieu me promet une moisson à venir. Cependant, la patience est nécessaire parce qu’entre les semailles et la moisson, il y a le facteur temps.

Cher lecteur, la Parole de Dieu ne peut pas mentir. 

Avez-vous planté beaucoup de graines ? Soyez patient(e). Donnez-leur du temps ! La moisson est en chemin.

"N'abandonnez donc pas votre assurance, qui est porteuse d'une grande récompense. Oui, vous avez besoin de patience pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi ce qui vous est promis." (Hébreux 10 : 35-36)

En d’autres mots, une fois que vous avez fait ce que Dieu vous a demandé, soyez patient(e). Vous recevrez ce que Dieu a promis !

Le mot  « patience » est presqu’un vilain mot pour les gens aujourd'hui. 

J’espère que vous n’êtes pas de ceux qui prient « Seigneur, donne-moi de la patience et donne-moi la tout de suite ! » Alors que vous maitrisez vos émotions, vous verrez la patience grandir en vous.

La foi et la patience agissent ensemble pour vous apporter les choses que vous attendez et qui viendront au temps de Dieu. Jacques, le pasteur de l’église de Jérusalem et l’un des demi-frères de Jésus, a écrit sur la patience aussi.

"Mes frères et sœurs, considérez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que la mise à l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement sa tâche afin que vous soyez parfaitement qualifiés, sans défaut, et qu'il ne vous manque rien." (Jacques 1 : 2-4)

Le mot « parfaitement » signifie « mûr » ou « parvenu à maturation ». En d’autres mots, la patience vous aide à grandir. 

Réfléchissez un moment. Les enfants n’ont pas de patience. J’ai un petit-fils de quatre ans qui est un enfant extra mais il n’a pas de patience. Si je l’emmène faire du golf, il s’intéresse à frapper la balle de golf pendant environ cinq minutes. Ensuite, il est prêt à passer à autre chose. Je ne lui en veux pas quand il perd son attention. Je m’attends à une telle réaction. C'est un très jeune enfant. Il est de ma responsabilité de trouver des moyens de lui apprendre les choses par petits paliers.

L’impatience est l’une des marques les plus significatives de l’immaturité. 

Plus vous prenez de l’âge et plus votre foi prend racine, moins les temps d’attente et les problèmes vous affecteront. Vous devez arriver au point où les choses qui avaient l’habitude de vous plonger dans l’angoisse, ne vous touchent plus du tout. Vous n’allez pas vous prendre la tête. Mais vous direz simplement : « Hmmm… Mais oui… Ça va passer ! »

La situation est rarement aussi mauvaise que vous l’imaginez.

Quel que soit le problème, ce n’est pas la fin du monde. Le soleil se lèvera demain. Jésus sera toujours Seigneur demain. Si vous êtes sauvé(e) aujourd’hui, vous le serez demain. Le Ciel sera toujours votre lieu d’habitation éternel demain. C’est juste une question de temps avant que Satan ne prenne la place qui lui revient à savoir, sous vos pieds. Riez de lui et ne lâchez rien !

Cher lecteur, vous avez des gens qui vous encouragent– pas seulement dans ce monde mais au Ciel également.

"Nous donc aussi, puisque nous sommes entourés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec patience l'épreuve qui nous est proposée. Faisons-le en gardant les regards sur Jésus, qui fait naître la foi et la mène à la perfection. En échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix en méprisant la honte qui s'y attachait et il s'est assis à la droite du trône de Dieu." (Hébreux 12 : 1-2)

Vos grands-mères, grands-pères, oncles, tantes et autres membres de votre famille qui sont morts dans le Seigneur vous regardent du haut du Ciel et vous encouragent : « Allez ma fille ! Mon fils ! Tu vas y arriver ! Tu peux le faire ! Ta moisson n’est pas loin. Surtout n’abandonne pas ! »

Courons avec patience la course qui nous est proposée  !

Paul compare souvent la vie à une course. Mais écoutez ceci : il ne s’agit pas d’un sprint mais d’un marathon de 42 km qui passe par de nombreuses étapes, du nourrisson à l’enfant, puis à l’adolescent, puis à l'adulte. Chaque étape a ses propres règles et jette les bases de la prochaine phase. La maturité n'est pas automatique. Les chrétiens grandissent en écoutant la Parole de Dieu et en agissant en conséquence.

Nous marchons par la foi, non par la vue (2 Corinthiens 5 : 7). Pour que notre pas soit assuré, nous avons besoin d’ajouter quelques ingrédients à notre foi et l’un d’entre eux est la patience.

"Pour cette raison même, faites tous vos efforts afin d'ajouter à votre foi la qualité morale, à la qualité morale la connaissance, à la connaissance la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi la patience, à la patience la piété, à la piété l'amitié fraternelle, à l'amitié fraternelle l'amour. En effet, si ces qualités sont en vous et se développent, elles ne vous laissent pas inactifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ." (2 Pierre 1 : 5-8)

Voici quelques clés pour développer votre patience en tant que chrétien

1. Lire et méditer la Bible chaque jour

2. Décider de recevoir et croire ce que vous lisez et méditez dans la Parole

3. Proclamer ce que vous lisez et méditez chaque jour

4. Vivre comme si la Bible était réelle. Faites ce qu’elle dit.

Servez-vous des clés mentionnées ci-dessus dès aujourd’hui et faites-le encore demain. Ne vous arrêtez pas en chemin et ne regardez pas au temps qui a passé depuis que vous avez commencé à croire pour telle ou telle chose. Continuez simplement à utiliser ces quatre clés. Ne baissez pas les bras. La Parole de Dieu s’accomplit toujours.

Cher lecteur, "je prie que vous ne vous relâchiez pas, mais que vous imitiez ceux qui, par la foi et la patience, reçoivent l'héritage promis." (Hébreux 6 : 12)

Méditation du pasteur Keith Butler utilisée avec permission