presentation_img_alt

Les enfants entre rêve et galère

Dans les contes les choses sont simples : ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants !

Quand je me suis mariée, je me suis dit que je ferai beaucoup mieux que mes parents

Beaucoup mieux concernant l’éducation de mes enfants.

Tant qu’on n’est pas dans le bain, on porte un regard critique sur les autres : « ils ne se font pas respecter, aucune autorité, manque d’organisation… » Une fois de l’autre côté, on devient moins sévère.

Pour ce faire, je me suis imprégnée des livres de Laurence Pernoud et autres concernant l’accueil d’un bébé, les premières années de l’enfant.

Je me suis lancée dans ce projet de maternité avec plein de rêves : j’ai fait mon premier achat à crédit : un thermomix… une somme énorme pour un jeune couple… tout ça parce que le représentant me ventait les mérites des petits plats faits maison pour le bébé. Finalement, je m’en suis jamais servi. Mes enfants ont poussé aux petits pots !!! Même pas le temps de faire la soupe maison…

Les soucis ça commencent dès la grossesse

Les nausées, le bébé qui a le cordon autour du cou, la césarienne, le manque de lait, le chantier d’un parking souterrain juste en dessous de tes fenêtres et le marteau piqueur qui réveille le petit 5 minutes après que tu l’aies mis au lit… Plus le temps de lire, de regarder un film, d’aller aux toilettes tranquille, d’aller chez le coiffeur… Tu deviens une machine de maman.


Les grossesses qui s'enchaînent… Le manque de sommeil, les poux, les épidémies de gastro, la voiture qu’il faut changer, les soucis d’argent, l’enfant qui n’est pas scolaire, l’ado qui devient rebelle, les déceptions amoureuses, la drogue, les jeux vidéos qui isolent les enfants…

C’est alors que le rêve devient galère et qu’on se demande si un jour, les choses vont s’améliorer.

Quelques réflexions sur l'éducation des enfants : tout un programme !


Fonder une famille est une entreprise périlleuse

Beaucoup de nos jours ne veulent plus s’y engager. Ils n’ont pas foi en l’avenir. Ça ne suffit plus de souhaiter à nos bouts de chou « tout le bonheur du monde »… Il y a tant de mines anti-personnelles sur leur chemin, que beaucoup font le choix de l’évitement à savoir ne pas se « reproduire ». Pas d’enfants, pas de risques de souffrances.

Personnellement, je peux témoigner que l’enfantement est la plus belle expérience que j’aie pu vivre en tant que femme. Que les enfants et petits-enfants ont été et sont la source de tant et tant de bonheur que je ne regrette pas un instant le choix que j’ai fait d’oser donner la vie. Aujourd’hui, chacun est devenu adulte, 5 sur 6 ont fondé une famille.

Y-a-t-il un secret pour réussir sa famille ?

Je pense qu’idéalement, un enfant n’a pas besoin d’un « parent 1, 2 ou 3 » mais d’un père et d’une mère qui s’aiment et se respectent. Je sais qu’un député a traité récemment tous ceux qui pensent comme moi d’arriérés. J’assume mes convictions. Si chacun est fidèle à son mandat, l’enfant jouit d’un équilibre émotionnel qui lui donnera toutes les chances de s’épanouir dans la vie. Ce mandat, ce n’est pas seulement de leur donner à manger, les amener à l’école et les vacciner :

C’est pratiquer une présence de qualité avec eux

Pas juste les mettre devant des écrans pour avoir la paix.

C’est les entourer d’affection

Pratiquer les langages de l’amour, les encourager, les valoriser, ne pas les humilier par des propos du type « t’es un bon à rien », « tu es nul »…

C'est établir de bonnes bases, de bonnes routines, leur transmettre de bonnes valeurs

Ce qui est planté durant les jeunes années portera de bons fruits à la prochaine saison : le respect des parents, de l’autorité, de ceux qui sont différents… Mieux vaut prévenir que guérir. Ne pas être passifs en laissant l’école ou la rue le soin de les « éduquer » à notre place.

C'est leur poser des justes limites

Ne pas faire de notre petit « un enfant roi », le centre de la famille. Il deviendrait vite un dictateur. Cela va de pair avec la correction. Tout un art…

Pourquoi, disait l’enfant au jardinier, donnes-tu tant de soin, père, à ce jeune arbuste, et jamais à ce beau poirier ? En vérité, ce n’est pas juste, car l’un n’a jamais produit et l’autre, tous les ans, donne beaucoup de fruits. Mon fils, lui répondit le père, pour l’arbre que ton choix préfère, j’ai fait jadis ce que tu me vois faire en ce moment pour celui-ci, alors que son tronc était flexible. Mais depuis, il a bien grossi ; le soigner aujourd’hui ne serait plus possible : il faut de l’arbre naissant bien diriger la jeune tige. Il en est ainsi d’un enfant : petit, on le corrige ; on ne peut plus rien quand il est grand. (Henry Collin)

C'est être nous-mêmes de bons exemples

Tout le monde est contagieux ! ... Qu’est-ce que votre vie, vos valeurs, vos priorités et votre exemple communiquent à ceux qui vous regardent marcher dans les sentiers de votre existence ? ... C’était un soir d’hiver, un père se rendait à la taverne. Il venait de recevoir le salaire de son travail et comme à son habitude, chaque semaine, il partait le dépenser à boire avec ses amis. Dans ce moment incompréhensible, tout s’évanouissait, il ne pensait plus à l’argent dont il avait besoin pour nourrir sa famille, un loyer qu’il faudrait payer ; Les promesses faites à sa femme étaient étouffées par l’habitude malsaine et aveuglante qui le dégoûtait et le tenait captif. Cet homme se détestait mais il se disait en lui-même : « C’est mes affaires. Je ne fais de mal à personne. C’est mon choix. » Soudain, il entendit un crissement dans le silence de la nuit, le son feutré de pas dans la neige. Il se retourna. Ce qu’il vit le foudroya. Son fils le suivait et il faisait tous ses efforts pour essayer de mettre ses petits pieds dans les grandes traces que son père avaient laissées dans la neige et qui conduisaient de la maison à la taverne… Il marchait dans les traces de son père. »

C'est vivre un jour à la fois

Comme on dit à chaque jour suffit sa peine !

C'est faire de notre mieux car à l’impossible nul n’est tenu

Non au perfectionnisme ! Faire de son mieux avec ce que l'on a c'est déjà pas mal !

C'est organiser des breaks

Quelques minutes par jour, une sortie sans enfants par semaine, quelques jours de vacances sans enfants. Il faut donc s’enquérir de trouver une bonne baby sitter et un budget !

C'est veiller à cultiver un minimum de vie de couple, de liens d’amitié et familiaux

Notre entourage peut aider ; les grands parents, les tatas et tontons… Toute aide est bonne à prendre.

C'est faire attention à ce qui pourrait devenir des ennemis de la famille

Le téléphone, les réseaux sociaux, les jeux vidéos, les média, les addictions… L’image qui envahit la vie quotidienne est chronophage ; Elle est source de bien des maux : violence, immoralité…

C'est ne pas être déçu quand un enfant ne tourne pas comme nous l’aurions souhaité

Certains sont scolaires, d’autres artistes, d’autres manuels, d’autres sportifs… Accepter que nos enfants ne vont pas forcément réaliser les rêves que nous avons formés à leur sujet.

C'est ne pas culpabiliser quand un enfant fait de mauvais choix

Nous ne pouvons pas les manipuler ; ils ne sont pas des marionnettes ; une fois les principes donnés, une fois que nous avons montré l’exemple par notre propre vie, il ne sert à rien de nous culpabiliser. Chacun est responsable de ses propres actions à un certain moment de la vie. Mais il est important d’aimer inconditionnellement, de répondre toujours présent si l’enfant a besoin de parler, de conseil… Attention à l’enfant qui lui-même peut chercher nous manipuler par la culpabilité.

C'est organiser son emploi du temps autant que possible

Faire un planning de la semaine ; les listes à court, moyen et long terme. Ne pas surcharger son emploi du temps ; prévoir l’imprévisible ; ex. ne pas démultiplier les activités extra scolaires, les déplacements…

C'est protéger ses pensées ; partager ses soucis avec des personnes de confiance ; avec Dieu

« Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis car lui-même prend soin de vous. » 1 Pierre 5:7

C'est remettre nos enfants entre les mains du bon berger

Demander à Dieu dans la prière sa sagesse, sa direction, son intervention dans des situations compliquées