presentation_img_alt

La tentation de lapider

Jean 8 v 1 à 11 : "1 Jésus se rendit au mont des Oliviers. 2 Tôt le lendemain matin, il retourna dans le temple et tous les gens s'approchèrent de lui. Il s'assit et se mit à leur donner son enseignement. 3 Les maîtres de la loi et les Pharisiens lui amenèrent alors une femme qu'on avait surprise en train de commettre un adultère. Ils la placèrent devant tout le monde 4 et dirent à Jésus : "Maître, cette femme a été surprise au moment même où elle commettait un adultère. 5 Moïse nous a ordonné dans la loi de tuer de telles femmes à coups de pierres. Et toi, qu'en dis-tu ?" 6 Ils disaient cela pour lui tendre un piège, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur le sol. 7 Comme ils continuaient à le questionner, Jésus se redressa et leur dit : "Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui jette la première pierre." 8 Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol. 9 Quand ils entendirent ces mots, ils partirent l'un après l'autre, les plus âgés d'abord. Jésus resta seul avec la femme, qui se tenait encore devant lui. 10 Alors il se redressa et lui dit : "Eh bien, où sont-ils ? Personne ne t'a condamnée ? "— 11 "Personne, Maître", répondit-elle. "Je ne te condamne pas non plus, dit Jésus. Tu peux t'en aller, mais désormais ne pèche plus."

Combien de fois as-tu été pris en flagrant délit de péché ?

Moi beaucoup de fois ! Pas toujours par les hommes mais par Dieu oui ! Je suis donc en dette vis-à-vis de loi divine ! Le rôle de la loi est de faire régner la justice et d’empêcher la prolifération du mal en punissant tout acte de péché pour susciter une crainte salutaire.

L'adultère est puni dans la loi de Moïse.

Concernant le péché d’adultère, la loi de Moïse prévoyait la mort des deux coupables 'ils étaient pris sur le fait : Deutéronome 22 v 22 : "Si l'on surprend un homme en train de coucher avec une femme mariée, les deux complices doivent être mis à mort, l'homme aussi bien que la femme. Vous ferez ainsi disparaître le mal du milieu d'Israël."

Bizarrement dans notre histoire, l’homme est absent ! Cela révèle que ces maîtres de la loi et ces pharisiens ne sont pas tant préoccupés de se conformer scrupuleusement à la loi de Moïse que de tendre un piège à Jésus ! Cette femme adultère est juste pour eux un prétexte ! Les religieux, sous couvert de religion, servent souvent leur agenda plutôt que celui de Dieu. La loi exigeait que ce soit les témoins de l’adultère (et il fallait qu’ils soient au moins deux) qui lancent les premières pierres (Deutéronome 17 v 17) Fallait-il encore qu'ils ne soient pas coupables du même crime ! Jésus met ces détracteurs face à leur conscience et/ou face à un secret bien gardé qui un à un se retirent …

La loi condamne à mort, la grâce venue par Jésus acquitte.

Pourquoi ? C’est le même Dieu qui est derrière la loi de Moïse et derrière Jésus.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un Sauveur nous est né, un fils nous est donné.

Esaïe 53 v 5 : "Il a subi notre punition, et nous sommes acquittés ; il a reçu les coups, et nous sommes épargnés."

J’imagine Jésus en train de réaliser que si cette femme veut se tirer d’affaire, il va devoir prendre les pierres sur lui ! Je l’imagine, alors qu’il écrit mystérieusement sur le sol, en train de se dire : "Je sauve ma peau ou la sienne ?" Incroyable amour où l’innocent prend la place du coupable pour que celui-ci puisse ne pas périr mais vivre !

C’est cela l'évangile !

C’est cela que le moine Luther préoccupé par son sort dans l’au-delà a réalisé il y a 500 ans ! Parce que Jésus a accepté de prendre les coups, nous pouvons être graciés, acquittés.

Les graciés peuvent-ils condamner ?

Comment nous, des vases de miséricorde, pourrions-nous, à notre tour, oser jeter une pierre à qui que ce soit ?

Cette Parole du Christ s'adresse aussi à nous : "Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre !"

Discerner oui ! Avertir Oui ! Discipliner oui ! Jeter des pierres non !

Combien de fois ai-je été coupable de lapidation ! Je ne veux plus jamais lapider qui que ce soit, fut-il mon ennemi historique, moral, théologique et j’en passe.

La grâce n’est pas faiblesse.

La grâce dénonce le péché : "Va et ne pèche plus !". Jésus dénonce de manière sous-entendue le péché de cette femme.

Car il est important d’appeler un chat un chat ! Important d’appeler un péché péché ! L’amour de Dieu n'est pas un amour qui minimise la faute ou l’excuse, mais c'est un amour qui pardonne quand la personne s’en repent et s’en détourne.

L'amour appelle l'amour.

Je pense que cette expérience de la miséricorde que vient de faire cette femme l'aura tellement marquée qu'elle n'aura plus envie de retourner à son péché. L'amour de Dieu et sa grâce sont de puissants incitateurs pour nous amener dans une repentance qui dure ! Plus on se découvre aimé par Dieu, plus - comme dans le cantique des cantiques - on ressent des élans d'amour pour notre bien-aimé.

Conclusion : n'endurcis pas ton cœur !

Ce monde pécheur dans lequel nous vivons et dont nous faisons partie est un monde passionnément aimé par Dieu : Dieu a tant aimé le monde qu'il a consenti sa fortune la plus chère pour le reconquérir. Pas sûr qu’il en soit toujours ainsi chez les enfants de Dieu ! Parfois ils sont plus enclins à lapider qu’à aimer.

Alors aujourd'hui, si tu entends sa voix, n'endurcis pas ton cœur ! Le 500ème anniversaire de la Réforme est une merveilleuse occasion de redire au peuple de France la Bonne Nouvelle. Luther tout moine qu’il était ("on lui aurait donné le bon dieu sans confession !"), face à sa conscience et à la loi divine, se savait pécheur et coupable. Mais tout comme cette femme, il va faire l’expérience de la remise de dette, de la miséricorde d’En-Haut et trouver la paix de son âme.

Qu’en est-il pour toi ?