presentation_img_alt

Comment vivre en harmonie les uns avec les autres ?

INTRODUCTION : l'harmonie en question

Cette semaine, à la maison, nous avons vécus quelques clashs. Tout à coup, l’harmonie dans laquelle nous vivions a été brisée et la tristesse s’est installée. J’ai eu à cœur alors de réfléchir sur un grand sujet qui nous touche tous, à savoir : « Comment vivre en harmonie les uns avec les autres ? Comment empêcher la colombe de la paix de s’envoler à tire-d’aile ?

Qui n’aspire pas à une vie paisible, une vie où les conflits sont gérés correctement ? Comment maintenir la paix dans son couple, sa famille, son voisinage, ses collègues de travail, son église, sa nation, le monde ??? La solution est-elle d’aller vivre sur une île déserte ? Pensez-vous - comme le leit motiv qui revient dans une pièce de JP Sartre - que « l’enfer, c’est les autres ! » ? Nous sommes des êtres pécheurs, égoïstes, compliqués, blessés… Vivre avec l’autre, vivre en société dans l’harmonie est tout un art. Comme dans une chorale, chacun doit chanter sa part mais tout en écoutant les autres et en suivant les indications du chef. Si chacun impose son truc, sa façon de voir les choses, on risque la cacophonie.

Quelques définitions du Dictionnaire Larousse

Harmonie : état des relations entre des personnes ou dans un groupe humain qui résulte de l’accord des pensées, des sentiments, des volontés.

Symphonie : ensemble harmonieux de choses qui vont parfaitement ensemble (accord de sons)

Cacophonie : effet désagréable produit par des instruments qui jouent, des voix qui chantent, sans accord, sans harmonie

Parler d’un tel sujet ne signifie pas que je me considère une experte en la matière. Je ne me place pas en exemple parce que malheureusement, je bataille beaucoup moi-même. J’apprends chaque jour. Je suis une apprentie artisan de paix parce que j’ai le vif désir de ressembler à mon Père céleste qui est le Prince de la Paix.

Matth. 5 : 9 : « Heureux ceux qui répandent autour d’eux la paix car Dieu les reconnaîtra pour ses fils. »

Héb. 12 :14 : « Faites tous vos efforts pour être en paix avec tout le monde. »

Pour traiter de ce sujet, je ne vais pas faire appel aux écrits des non violents comme Gandhi ni à la philosophie de Bouddha. Je ne vais pas vous entretenir sur les bienfaits de la relaxation ou vous convaincre de devenir végétarien… Je vais juste partager quelques passages de la Parole de Dieu qui sont parfois très terre à terre mais toujours plein de bon sens et de sagesse. Je veux seulement nous rappeler quelques conseils que la Bible donne.

Petit rappel au préalable : Est-il nécessaire de rappeler que le diable est appelé le « diviseur » ; qu’il fait tout ce qui est en son pouvoir pour élever des murs entre les frères et sœurs, les hommes et les femmes, les blancs et les noirs, les riches et les pauvres, les filles des belles-mères, les enfants des parents… Que maintenir l’unité est un combat de tous les jours. Un combat qui demande des efforts de volonté mais aussi un combat spirituel qui se mène dans la prière.

Garder une saine distance. Comme nous l’enseigne le code de la route, pour éviter les carambolages, il est conseillé de respecter les distances de sécurité. Mieux vaut prévenir que de guérir. Concrètement, de quoi s’agit-il ? Ne pas trop se mêler de la vie des autres. S’occuper de ses propres affaires. 1 Thess. 4 : 10 : « Nous vous invitons frères, à faire toujours plus de progrès, à mettre votre point d’honneur à vivre dans la paix, à vous occuper chacun de ses propres affaires… »

Quelques conseils

L’oisiveté peut entraîner l’ennui et l’ennui peut conduire au conflit

2 Thess. 3 : 11 : « Nous apprenons que certains d’entre vous mènent une vie déréglée : ils ne travaillent pas et se mêlent des affaires des autres. »

Les commérages

1 Timo. 5 : 13 « Elles prennent l’habitude de ne rien faire et elles passent leur temps à aller de maison en maison… pour se répandre en commérages, se mêler de tout et parler à tort et à travers. »

Les dettes

Dans le même ordre d’idées, je conseillerais de rendre à César ce qui appartient à César, c'est-à-dire de ne pas rester débiteur de quelqu’un trop longtemps. Ce n’est pas mal en soi d’emprunter en cas d’urgent besoin. Mais ne tardez pas à rembourser vos dettes. Sinon, l’amertume risque de gagner votre prêteur et vos relations risquent de s’endommager.

Rom. 13 : 8 « Ne restez redevable de rien à personne sinon de vous aimer les uns les autres. »

Ce que tu sèmes, tu récoltes

Matth. 7 : 2, 12 : « On vous appliquera la mesure dont vous vous serez servis pour mesurez les autres. »

« Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faîtes-le de même pour eux. »

Si vous voulez que l’on vous respecte, respectez les autres. Si vous voulez que l’on vous pardonne, pardonnez aussi. Si vous voulez que l’on soit généreux à votre égard, soyez vous-même généreux envers les autres…

Ce n’est pas « moi d’abord », mais « les prochains d’abord ! »

Rom. 15 : 1-6 « Nous qui sommes forts dans la foi, nous devons porter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, sans chercher notre propre satisfaction. Que chacun de nous recherche la satisfaction de son prochain pour le bien de celui-ci, en vue de l’aider à grandir dans la foi…Que Dieu, source de toute patience et de tout réconfort, vous donne de vivre en plein accord les uns avec les autres conformément à l’enseignement de Jésus-Christ. Ainsi, d’un même cœur et d’une seule voix, vous célébrerez la gloire de Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ. »

Si ton frère ou ta sœur est plus faible que toi dans la foi, si cette personne risque d’être facilement ébranlée, déstabilisée par ton attitude, par tes convictions, même si tu estimes être dans ton droit, renonce à tes droits pour le bien de cette personne.

Il va falloir que Dieu te donne beaucoup de patience

Mais le jeu en vaut la chandelle. Vous resterez dans l’unité et vous pourrez ainsi adorer le Seigneur « en esprit et en vérité ».

Ex. Certains chrétiens estiment qu’il ne faut pas boire d’alcool. D’autres n’y voient pas de mal dans la mesure où ils ne s’enivrent pas… Sur plus d’un sujet, on peut avoir des convictions divergentes. Ne mettons pas celles-ci en avant. Quand nous sommes allés en Roumanie la première fois et que nous avons assisté à des cultes tsiganes, les jeunes filles et les femmes de l’équipe ont dû porter le voile pour ne pas choquer.

Accepter de se laisser dépouiller

Trouver des solutions pour régler les problèmes à l’amiable autant que possible

Quand j’étais petite et qu’avec mes frères et sœur nous nous disputions, mon père disait toujours que le gagnant, c’était celui qui acceptait de lâcher prise.

Les questions d’héritage ont brisé l’entente de frères et sœurs bien trop souvent. Alors au lieu de se battre pour des choses matérielles… laisse-aller…

Jésus va même plus loin quand il dit : « Si quelqu’un te fait un procès pour avoir ta chemise, ne l’empêche pas de prendre aussi ton vêtement. » (Matth. 5 : 40)

1 Cor. 7 : 14 : « Si le conjoint non croyant est déterminé à demander le divorce, eh bien qu’il le fasse ; dans ce cas, le frère ou la sœur n’est pas lié. Dieu vous a appelés à vivre dans la paix. »

Quand Abram et son neveu Lot ont dû se séparer parce que leurs troupeaux n’avaient pas assez à manger, Abram a laissé son neveu choisir en premier la région dans laquelle il souhaitait s’installer. Il aurait été normal, à cause de son âge, qu’Abram ait la priorité. Mais pour protéger la paix entre eux, l’ancien a préféré renoncer à ses droits. Lot, plein de convoitises, a choisi les terres qui paraissaient les plus fertiles. Malheureusement pour lui, il ne va pas faire de longs os à Sodome et Gomorrhe ! Par contre, Dieu a béni Abram. (Gen. 13 : 6-11)

« Ne cherche pas la petite bête. »

1 Pier. 4 : 8 : « L’amour couvre une multitude de fautes. » Une multitude ça ne veut toutes les fautes. Les fautes qui sont graves ont certainement besoin d’être exposées et traitées. Je parle de toutes ces petites erreurs, ces manquements dont il ne faut pas faire tout un foin.

- Il y a des gens qui prennent un malin plaisir à rechercher où est l’erreur, à souligner les fautes des autres. Chaque détail passe au crible. Et souvent, ces gens-là le font sans tenir compte du contexte, dans la précipitation, et avec des intentions qui ne sont pas honorables. Leur unique occupation, c’est de faire « la chasse aux sorcières ! » C’est ainsi qu’on a vu de grands hommes de Dieu comme Billy Graham, salis, critiqués et anathémisés par ces personnes.

Ne pas être pointilleux, ne pas relever sans cesse ce qui ne va pas. Si on veut critiquer, on trouvera toujours matière à le faire. Personne n’est parfait même le plus saint des saints. Alors est-ce bien nécessaire de se prendre la tête pour des peccadilles. « Je t’avais bien dit que blablabla… » Est-ce si important que ça de montrer que l’on avait raison ? Ravaler sa fierté, renoncer à avoir le dernier mot, même si on est convaincu d’avoir raison.

Ex. Les maris en particulier devraient accepter que l’humeur de leur épouse est plus « sensible » les jours précédents leur menstruation. Tenir compte de ce facteur pourrait éviter bien des « embrouilles »

- Ne pas se prendre trop au sérieux ; savoir rire de soi même. Les gens hypersensibles vont tout interpréter de travers. N’importe quelle « vanne » va devenir un coup de poignard.

Désamorcer la bombe

En cas de conflits émergeants, ne versez pas de l’huile sur le feu. N’en rajoutez pas. Ne montez pas sur vos grands chevaux. Ne revenez pas sur le passé en rappelant les torts qui ont déjà été pardonnés. Mais essayez par tous les moyens de faire baisser la température. Soyez des peacemakers !!!

Prov. 17 : 9 « Qui veut se faire aimer pardonne les torts qu’il a subis : les rappeler éloigne son ami. »

Prov. 17 : 14 : « Commencer une querelle, c’est ouvrir une brèche dans une digue ; c’est pourquoi : abandonne tes griefs avant qu’éclate la dispute. »

Prov. 29 : 22 « L’homme prompt à la colère provoque des querelles, et celui qui s’emporte facilement commet beaucoup de fautes. »

Prov. 30 : 33 « En laissant exploser sa colère, on provoque des disputes. »

Aimer assez pour confronter

- Mais avant de confronter, il faut avoir fait d’abord le ménage devant sa porte.

Laissez le St Esprit faire le check up de votre cœur. A travers son scanner, les zones qui sont atteintes vont apparaître. Il va falloir que vous acceptiez le diagnostic et que vous le laissiez vous « opérer ». Se repentir, demander pardon à Dieu et demander pardon au prochain offensé puis réparer dans la mesure du possible.

Yves Bing Cheng : Au lieu de regarder les autres, le Seigneur Jésus nous demande d’être juges de nos propres actions. Ôte premièrement la poutre de ton oeil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. Examinez vos propres fautes avant d’aller critiquer celles des autres. N’essayez pas de résoudre les problèmes des autres sans avoir mis de l’ordre dans votre propre vie. Il ne faudrait pas interpréter cette instruction comme une interdiction d’aider ceux qui se trouvent aux prises avec des difficultés. Jésus nous encourage certainement à venir en aide à ceux qui en ont de besoin, mais pas avant d’avoir pris soin de s’occuper de nos propres problèmes. Ceci est facile à comprendre. Si vous avez pris la peine de vous pencher sur vos défauts, il est fort probable que vous allez rendre service aux autres avec tact. Celui qui a su s’examiner et résoudre ses problèmes est capable de voir clairement. Il sera en mesure d’enlever comme il se doit la poussière dans l’œil de son frère. Nous pouvons également expliquer les paroles de Jésus sous l’angle suivant : les personnes qui ont acquis la maturité nécessaire pour assister adéquatement les autres sont ceux qui ont appris de leurs fautes.…

Prov. 10 : 21 « Les paroles du justes restaurent beaucoup de gens. »

- Ce ménage étant fait, le Seigneur peut nous demander de confronter une personne qui vit dans le péché ou qui est en danger. 1 Cor. 13 : 6 « L’amour ne se réjouit pas de l’injustice mais il se réjouit de la vérité. » Il faut du courage pour confronter, c’est une entreprise risquée. Vous pouvez vous faire taper sur les doigts, vous faire remballer, ou même perdre des amis. Mais le Seigneur nous demande de veiller les uns sur les autres. Cette responsabilité revient particulièrement aux parents par rapport à leurs enfants et aux pasteurs par rapport à leurs brebis. Ceux-ci doivent prévenir lorsqu’ils voient venir le danger arriver.

Prov. 27 : 17 « Comme le fer aiguise le fer, l’homme s’affine au contact de son prochain. » Il est question de frottement, d’un frottement qui ne conduit pas à s’entretuer mais à s’affiner. Les « veilleurs » devront donc user de tact (parole assaisonnée de sel), choisir le bon moment et surtout…

- Faire preuve de beaucoup d’amour

Prov. 27 : 5 « Mieux vaut reprendre ouvertement quelqu’un que se taire par amitié. Un ami qui vous blesse vous prouve par là sa fidélité. »

Prov. 24 : 26 « Celui qui répond franchement, donne une preuve de son amitié. »

Je conçois que ce n’est pas quelque chose que l’on a plaisir à faire. Mais si on veut pouvoir se regarder dans la glace sans rougir de honte à cause de notre lâcheté, il nous faut parler.

- Par rapport à ce dernier point, je voudrais ajouter un deuxième bémol. Il n’est pas bon de vouloir reprendre systématiquement celui qui est coupable d’injustice. En effet, il nous faut discerner au préalable, la capacité d’entendement de la personne. Tension entre parler et se taire. Si vous avez en face de vous une personne complètement fermée, mieux vaut vous abstenir. Ne jetez pas vos perles aux porcs !

Prov. 9 : 8 « Ne reprends donc pas le moquer, car il te haïra. »

Besoin parfois d’une tierce personne, d’un médiateur, d’un intermédiaire.

- Evodie et Syntiche : Phil. 4 Toutes deux étaient chrétiennes ; toutes deux étaient servantes du Seigneur. Mais elles étaient en panne dans la résolution de leur conflit. Peut-être que chacune pensait avoir raison et estimait que l’autre devait faire le premier pas. Quoiqu’il en soit, cette situation affectait toute l’atmosphère spirituelle de l’église et Paul a dû faire appel à un médiateur pour tenter une réconciliation.

- Ecouter les deux sons de cloche.

Ce n’est pas le dernier qui parle qui a forcément raison !!!

Prov. 18 :17 « Celui qui plaide sa cause en premier paraît toujours avoir raison, vient la partie adverse, et l’on examine ce qu’il a dit. »

Autant que faire se peut!

Rom. 12 : 18 « Autant que possible, et dans la mesure où cela dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes. » Soyons réalistes. Il y a des personnes avec lesquelles malgré tous vos efforts, vous n’arriverez pas vivre en harmonie.

- Il existe de vraies incompatibilités de caractère

Je me rappelle d’un homme à Nice qui était caractériel… Nombreux dans l’Eglise avait du mal à le supporter et pris de culpabilité venaient ensuite le voir pour lui demander pardon. Quand un jour, on a voulu le confronter, il nous a répondu : « Je peux vous prouver que j’ai raison… J’ai gardé précieusement toutes les lettres de demande de pardon que j’ai reçues. » Il n’avait pas saisi que c’était des gens qui réagissaient mal à son comportement abusif et manipulateur. Mais lui, ne voulait pas se remettre en question. Il ne comprenait pas que c’était à lui de demander pardon. Finalement, il est parti de l’Eglise, en la maudissant.

- Il existe de vraies divergences de vision, d’opinion : le mieux au lieu de se détruire mutuellement, c’est de faire comme Paul et Barnabas, se séparer. Chacun son chemin. Mais avant d’en arriver là, il faut avoir jouer toutes les cartes à sa disposition. Le constat de l’échec ne doit pas survenir trop rapidement.

Actes 15 : 36-39 « Leur désaccord fut si profond qu’ils se séparèrent. »

- Il existe aussi des offenses qui vont causer des dommages irréparables. Je pense en particulier à la trahison, l’adultère.

Prov. 18 : 19 « Un frère que l’on a offensé est plus inaccessible qu’une ville fortifiée, et des dissensions sont plus tenaces que les verrous d’un château. »

Ce que je vous conseille, c’est de modifier ce qui peut être modifié, d’expliquer ce qui peut être compris, d’enseigner ce qui peut être appris, de corriger ce qui peut être amélioré, de régler ce qui peut être réglé, et de négocier ce qui peut faire l’objet d’un compromis… Mais pour toutes les arêtes vives qui ne pourront jamais être aplanies, et pour tous les défauts qui ne pourront jamais être extirpés, essayez d’adopter le meilleur point de vue et résolvez-vous à accepter la réalité telle se présente. Le premier principe de la santé mentale consiste à accepter ce qui ne peut être changé. (Apprendre à se comprendre, James Dobson, p. 216)

CONCLUSION : Vivre dans l’unité est un puissant témoignage aux yeux du monde

Un couple uni, une famille unie, une église unie… C’est l’évangile qui est annoncé sans paroles.

Ps. 133 : 1 « Voici qu’il est beau, qu’il est agréable pour des frères de demeurer unis ensemble. » Je pense à nos 3 communautés qui se réunissent dans ces locaux. Nous venons d’horizons très différents, de cultures, de langues… Il nous faut travailler à vivre ensemble dans l’unité, l’harmonie. C’est un défi. Mais quel témoignage pour le quartier !!!

Nos divisions, nos divorces, nos disputes sont un scandale pour le monde et déshonore le Nom de Jésus. Ne soyons pas des gens réputés « faiseurs d’histoire » mais des hommes et des femmes qui font l’histoire !

Méditation de Cathy Gotte .

Vous pouvez retrouver tous les écrits et livres de Cathy sur ce site à la page Editions .

Si vous souhaiteriez recevoir les nouveaux messages vidéo que je publie chaque mercredi et chaque vendredi il vous faut vous abonner à Jean-François Gotte soit sur ma page Facebook soit sur ma chaine Youtube